Comprendre le rôle du CNA

Le CNA est une instance consultative indépendante, placée auprès des ministres chargés de l’environnement, de la consommation, de la santé et de l’agriculture. Il est consulté sur la définition de la politique de l’alimentation et émet des avis pour éclairer la décision publique et des différents acteurs et actrices de la chaîne alimentaire sur des sujets tels que la qualité alimentaire, l’information des consommateurs et consommatrices, la nutrition, la sécurité sanitaire, l’accès à l’alimentation, ou encore la prévention des crises.

Parlement de l’alimentation

Positionné comme un « Parlement de l’alimentation », le CNA conduit depuis plus de 35 ans un processus de concertation intégrant les préoccupations des filières et de la société civile (découvrir la frise interactive : 30 ans de concertation dans le domaine alimentaire). Réalités du monde professionnel et attentes des consommateurs et consommatrices sont ainsi pris en compte pour nourrir les débats.

Répartis en 8 collèges, ses 63 membres nommés représentent les principaux maillons de la chaîne alimentaire : production agricole, transformation et artisanat, distribution, restauration, syndicats de salarié(e)s, associations de consommateur(rice)s, d’usager(ère)s des systèmes de santé, d’étudiant(e)s, de protection de l’environnement, de protection animale, de l’aide alimentaire, représentant(e)s de l’Assemblée Nationale et du Sénat, ainsi que des personnalités qualifiées. Les établissements publics de recherche et d’évaluation scientifique ainsi que les collectivités territoriales sont également membres de droit du CNA. Les représentant(e)s des ministères concernés assistent de plein droit aux travaux.

Pour la mandature 2020-2022, le CNA est présidé par M. Guillaume GAROT, député de la Mayenne et ancien ministre délégué à l’agroalimentaire.


91 avis rendus à ce jour

Depuis sa création, le CNA a émis 91 avis, destinés aux acteurs et actrices de l’alimentation, en particulier aux pouvoirs publics. Ses avis visent à éclairer la décision publique et à intégrer les opinions des différentes parties prenantes de l’alimentation, ainsi que la parole citoyenne.